Forum RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une jeune fille échouée sur la plage...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ayano Sakae
Princesse déchue
avatar

Nombre de messages : 20
Présentation : Cliquez pour avoir la présentation d'Ayano, celle de Miyabi et celle de Reita.
Points : 26
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/05/2018

MessageSujet: Re: Une jeune fille échouée sur la plage...   Ven 1 Juin - 11:56

En avançant vers le bateau, le groupe était loin de se douter de la tournure qu'allait prendre les événements. Les membres de l'équipage semblaient connaître Luka et Nakana et ils parlaient de son passé de pirate. Ayano avait vraiment du mal à croire ce garçon partir en mer pour piller d'autres navires, un couteau entre les dents... Même en faisant des efforts, elle n'arrivait pas à le voir faire du mal à qui que ça soit. Elle eu en quelque sorte une confirmation quand Nakana prit sa défense. Enfin... Prendre la défense est un bien grand mot, puisqu'elle colla une droite à l'homme qui se moquait de son ami. Son comportement ne choquait pas plus Reita que ça. Il suffisait de la voir pour savoir qu'elle réagirait au quart de tour si elle venait à être provoquée (que ça soit elle ou Luka). Seule Ayano qui n'avait pas l'habitude de ce genre de réaction eut un mouvement de recul et se cacha derrière Reita pour qu'il la protège.

L'homme qui venait de se faire frapper se tenait toujours la joue. Il n'en revenait pas ! Dans sa tête, se faire frapper par une femme est la pire des humiliations possibles. Alors qu'il allait répliquer pour l'envoyer au tapis, une voix résonna en provenance de la ville.


"IL SUFFIT !!! On ne règle pas nos comptes sur le plancher des vaches, mais en mer ! C'est comme ça qu'agissent les véritables pirates et les véritables marins !"

Celui qui s'était fait frappé lui jeta un regard noir, puis il marcha pour retourner sur le bateau, les poings serrés et les muscles contractés à cause de la colère. A sa voix, on pouvait facilement deviner que l'homme commandait les autres et qu'il avait une forte carrure, mais pas à ce point. A vue de nez, il atteignait presque les 2 mètres et il était aussi large qu'une armoire à glace. En tout cas, il valait mieux de pas se battre à main nues contre lui. Il avait une balafre sur le visage, il portait un long manteau qui lui descendait jusqu'à la cheville et un bandana sur la tête. Il avait le physique type (et peut-être un peu cliché) du pirate, pourtant le bateau qu'il avait n'était qu'un simple bateau de pêche. Il avança vers le groupe et s'arrêta à une distance respectable.

"J'ai cru comprendre que vous cherchiez quelqu'un. A voir votre tenue, j'en déduis que vous avez survécu à le tempête et que vous cherchez d'autres survivants..."

Il avait à peine jeté un œil à Reita pour connaître la situation dans laquelle il se trouvait. Pas de doutes, ce type connaissait bien la mer et ce qu'elle pouvait faire à ceux qui n'étaient pas suffisamment prudents. Reita en profita pour donner le nom de Miyabi. Mais l'homme ne le laissa pas continuer.

"Je ne sais pas si ça peut vous aider, mais si nous sommes là, mes hommes et moi, c'est parce qu'on a repêché une gamine dans la mer. Son état était plutôt grave, alors nous avons décidé de revenir au port pour l'emmener à l'hôpital le plus rapidement possible. D'ailleurs, j'y reviens à l'instant. La pauvre petite était en état de choc. Elle n'a pas touché un mot depuis que nous l'avons récupérée. C'est tout ce que je peux vous dire pour vous aider, et pour me faire pardonner du comportement de mes matelots."

Il avait regardé Luka et Nakana quand il avait prononcé ses derniers mots. Il leur fit un signe de tête en guise de respect, puis il reprit le chemin vers son bateau, pour retourner à la mer. Visiblement, la jeune fille qu'ils avaient repêché avait été complètement muette. C'était sans doute Miyabi. Mais les paroles du capitaine de l'équipage n'avait pas rassuré Ayano. Elle s'était totalement figée quand elle avait entendu que l'état de la naufragée était plutôt grave. Elle tourna la tête vers Reita, qui n'était pas très serein lui non plus. Il demanda alors à Luka et Nakana :

"C'est très certainement Miyabi. Vous savez où se trouve l'hôpital ?"

Ayano se tourna ensuite vers Hanyuu et lui lança un regard qui voulait dire "Est-ce que vous pourriez faire quelque chose pour Miyabi ?"

[HRP]:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanyuu
Déesse de la Protection
avatar

Nombre de messages : 80
Emploi/loisirs : Aider (et protéger) Lysis...Comment ça ''et c'est tout'' ?!
Présentation : Pour voir la présentation de la petite déesse portant le nom d'Hanyuu, cliquez ici !
Points : 87
Réputation : 5
Date d'inscription : 16/03/2010

Feuille de personnage
Histoire (résumée):

MessageSujet: Re: Une jeune fille échouée sur la plage...   Ven 1 Juin - 13:51

Hanyuu n’avait écouté l’échange que d’une oreille, comme souvent lorsque des humains discutaient entre-eux. Elle avait néanmoins comprit l’essentiel : Miyabi était à l’hôpital… Bon sang, mais elle aurait pu être n’importe où sauf là ! Les hôpitaux étaient typiquement les endroit qu’Hanyuu n’avait jamais pu supporter. Déjà, de base, il s’y trouvait bon nombre de personnes qui souffraient de diverses blessures, voire mourraient… Et déjà ce simple fait la fit se sentir très mal à l’aise : elle ne souhaitait intervenir sur des humains décidaient de se soigner entre-eux. A une époque, elle avait tenté de s’en mêler, néanmoin, ces “guérisons miraculeuses” avaient donné lieu à une accusation de sorcellerie… Ce n’était d’ailleurs pas pour rien qu’elle évitait depuis la ville de Salem. Afin de ne pas provoquer plus de problème, la déesse avait décidé d’éviter les hôpitaux. Et puis, c’était difficile également de garder son calme face à la “médecine” qui avait, certes, fait de grandes prouesses au fil du temps, mais commettait tellement d’erreur…

Malgré tout cela, la déesse fut quand même celle qui guida le groupe vers le bon chemin menant dans ce lieu qu’elle haïssait. Pour Ayano. D’ailleurs, heureusement qu’elle et Nakana pouvaient la voir, sous peine que l’aide de la divinité pour se diriger aurait bien été vaine !

Tout en avançant, Hanyuu senti le regard de l’adolescente sur elle, bien que tentant de l’éviter un bon moment, elle dû néanmoins se contraindre à l’affronter à un moment. Elle voulait qu’elle sauve Miyabi. Évidemment. Qu’aurait-elle pu vouloir demander d’autre… Mais que répondre à cela ? Si l’état de sa soeur était si grave que cela, elle ne pourrait qu’améliorer un peu la guérison de celle-ci. Si son état était critique, elle ne déciderait pas de la vie ou de la mort de la blessée : ce serait au destin de décider. Au fond, même un simple bras cassé, elle ne pourrait sans doute pas le réparer aussi rapidement que l’espérait la naufragée…

Face à elle, la cornue avait exactement l’image de sa raison de rester invisible aux yeux des humains. Ceux-ci, en la connaissant, lui demandaient son aide. En même temps, qui ne le ferait pas en sachant que la petite avait le pouvoir de guérir le moindre mal ?


Je… Je verrai ce que je peux faire…

Ne pas donner d’espoir. Au fond, cette phrase voulait tout et rien dire. Et il avait fallu tant de temps pour oser la prononcer que déjà ils se trouvaient devant le bâtiment qui constituait leur destination. D’instinct, Hanyuu recula. Elle entrerait. Mais dans tous les cas, invisible aux yeux du personnel, elle serait inutile vers l’avant du groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakana
Tomodachien(ne)
avatar

Nombre de messages : 348
Age : 22
Présentation : Nakana
Points : 368
Réputation : 11
Date d'inscription : 28/12/2010

Feuille de personnage
Histoire (résumée):

MessageSujet: Re: Une jeune fille échouée sur la plage...   Dim 10 Juin - 19:54

Voyant que le pêcheur en colère s'apprêtait à lui retourner son coup, Nakana dégaina son poignard d'un grand geste, parée à en découdre, quand une voix imposante tonna derrière eux, interrompant aussitôt les hostilités. Bien que les pirates doutèrent d'abord de sa crédibilité à cause de son accoutrement pour le moins exagéré, l'homme, à la carrure impressionnante, avait tout d'un véritable loup de mer, dont la seule présence inspirait le respect. Il leur fit savoir que son équipage et lui avaient sauvé des eaux une jeune fille mal en point et qu'il l'avait ensuite emmenée à l'hôpital, dont il revenait tout juste. Voilà qui leur serait précieux. Lorsque l'homme s'excusa au nom de ses matelots, juste avant qu'il ne regagne son navire, Luka assura, reconnaissant :

« Merci, capitaine. Nous n'oublierons pas. »

Reita et Ayano semblaient absolument certains que la jeune fille taciturne dont les pêcheurs avaient pris soin était leur sœur.

« Très bien, allons-y », déclara le pirate en commençant à marcher.

Alors qu'elle emboîtait le pas aux deux naufragés, Nakana lança à Ayano, sans même se donner la peine de la regarder :


« Si tu te pisses dessus pour une pauvre gifle, je donne carrément pas cher de ta peau dans cette ville. »

Et, ayant rengainé son poignard, elle s'engagea à la suite de son ami. Si la divinité menait avec assurance le petit groupe, les contrebandiers se souvinrent bien vite du chemin emprunté lorsqu'ils avaient dû transporter Yosama, qui s'était évanoui sur les docks, jusqu'à l'hôpital. Luka profita du trajet pour indiquer à Reita les lieux intéressants qu'ils croisaient, mais il ne dit pas un mot sur ce qu'il venait de se passer. Il espérait seulement que le grand frère ne leur tiendrait pas rigueur de leurs origines, ni de la violence de la scène à laquelle avait dû assister Ayano.
Ils arrivèrent enfin devant l'hôpital. Quelques pas avant la porte d'entrée, Nakana s'arrêta et annonça :


« Allez-y. Je reste ici. »

Elle n'aimait pas les hôpitaux. La police avait abandonné les recherches contre Luka ; cette fois-ci, il pourrait sans risque s'adresser lui-même au personnel de l'hôpital et accompagner Ayano et Reita jusqu'à Miyabi. Elle, elle ne leur serait pas utile. Elle n'avait donc aucune raison de s'obliger à entrer.

« D'accord, approuva le jeune homme, compréhensif. Si tu vois qu'on met trop de temps, hésite pas à nous rejoindre. »

Ils pénétrèrent alors dans l'établissement. Dès qu'il l'eut repéré, Luka entraîna ses compagnons vers le bureau d'accueil. Après quelques instants d'attente, l'hôtesse les invita à avancer.

« Bonjour ! On cherche une jeune fille qui a été amenée ici par un pêcheur, un grand gaillard, il y a un peu moins d'une heure, sans doute… Est-ce qu'on pourrait lui rendre visite ? »

Derrière son bureau, l'hôtesse d'accueil, une femme d'âge moyen qui semblait assez peu commode, lui lança un regard suspicieux.

« Et vous êtes ? »

« Euh… Son frère, sa sœur… Et je suis un ami. »

Sans aucune confirmation qu'elle avait bien pris en compte la réponse à sa question, la femme composa un court numéro sur son téléphone et porta le combiné à son oreille. Luka craignait qu'elle lui demande quelque chose comme une pièce d'identité, ce qu'il n'avait pas, ou bien qu'elle leur refuse net l'autorisation d'entrer. Lorsque enfin l'appel aboutit, la femme questionna son interlocuteur sur l'état de l'avant-dernière patiente arrivée et sur la possibilité de la visiter. Le contrebandier attendait qu'elle raccroche avec beaucoup d'appréhension.

« Chambre 312. Visite autorisée à titre exceptionnel. Il lui faut du repos. Deux personnes seulement, cinq minutes maximum. On vous posera des questions si vous êtes en mesure de l'identifier. »

L'hôtesse avait débité ces informations d'une traite. Quelque peu gêné par sa froideur, Luka ne chercha pas à argumenter davantage et la remercia avant de se diriger vers l'ascenseur qui les emmènerait au troisième étage. Un vieux médecin les attendait devant la porte sur laquelle était affiché le nombre 312. Le pirate lui fit un signe de tête en guise de salutation.

« Ravi de vous accueillir. Je suis le docteur Peterson. Ma patiente a été amenée ici par le capitaine d'un navire de pêche – oh, pour le moins... excentrique, dirais-je – qui dit l'avoir trouvée en mer, peu après que la tempête de cette nuit soit tombée. Elle est consciente, mais très affaiblie et garde le silence face à toutes nos questions. Cela dit, je suis soulagé de savoir qu'elle ne s'est pas retrouvée seule au monde. Je vous en prie, entrez – mais ne tardez pas trop, pour cette fois. Elle a besoin de repos. »

Rien qu'ils ne savaient déjà – mais au moins, c'était sûr, elle était là, et vivante. Luka se tourna vers Reita et Ayano, un sourire rassurant aux lèvres.

« Allez-y, j'vous attends ici. »

Certes, la dame de l'accueil avait dit deux personnes seulement... Mais la petite déesse, invisible, pouvait, si elle le souhaitait, pénétrer elle aussi en douce dans la pièce. Luka ignorait l'étendue de ses pouvoirs mais, qui sait, peut-être pouvait-elle soigner Miyabi comme elle l'avait fait pour son frère et sa sœur, et leur offrirait-elle ainsi une chance de sortir dès à présent la troisième rescapée de ce trou malsain qu'était, pour lui aussi, l'hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayano Sakae
Princesse déchue
avatar

Nombre de messages : 20
Présentation : Cliquez pour avoir la présentation d'Ayano, celle de Miyabi et celle de Reita.
Points : 26
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/05/2018

MessageSujet: Re: Une jeune fille échouée sur la plage...   Lun 11 Juin - 13:19

Finalement, le combat avait été évité. Tant mieux, mais Nakana parla à Ayano avec un ton sec avant de commencer à marcher aux côtés de son ami vers l'hôpital. Rien que le son de sa voix lui faisait peur, visiblement, elle ne faisait aucun effort pour se faire apprécier de la jeune naufragée. Ayano regarda le sol, comme si elle avait fait une bêtise et qu'on venait de la gronder. Cependant, ces paroles avaient marqué Reita, il se demandait bien ce qu'elle entendait par là. Cette ville était si dangereuse que ça ? Bon, certes, il devait se douter que certains coins d'une ville aussi grande ne seraient pas très fréquentables, comme la plupart des grandes villes d'ailleurs, mais à ce point ?

Il fallut au groupe un certain temps pour arriver jusqu'au bâtiment. Mais pour les deux naufragés, le temps du trajet avait duré une éternité. Ils étaient inquiets pour Miyabi, et plus ils approchaient, plus Ayano émettait des doutes. Et si en réalité, cette personne trouvée en mer n'était pas sa sœur, si c'était quelqu'un d'autre pris par la tempête ? Que va-t-il arriver si c'est le cas ? Et comment retrouver Miyabi dans une telle situation ?

Une fois arrivés devant les portes de l'hôpital, Nakana leur dit qu'elle restait là. C'était assez logique dans un certain sens. Nombreuses sont les personnes qui n'aiment pas ce genre de lieu, et c'était tout à fait normal. Le reste du groupe entra à l'intérieur, et maintenant, Ayano était la seule à être capable de voir la déesse. Dans d'autre situation, elle se serait amusée de ce genre de détail, mais elle ne disait rien, et elle ne regardait plus personne. Même l'hôtesse d'accueil de l'hôpital, elle n'osait pas la regarder dans les yeux. Elle était trop inquiète pour sa sœur...

Alors, la troisième naufragée était déjà dans une chambre. En moins d'une heure, c'était presque un record pour un hôpital public. De son côté, Reita était soulagé que personne ne remarque ses vêtement déchirés. En venant ici, il avait un peu peur qu'on veuille le garder lui aussi en observation, mais non. En vérité, personne ne remarqua ce détail, et c'était tout aussi bien comme ça. Le reste du groupe alla vers la chambre 312, celle dans laquelle devait se trouver la grande sœur d'Ayano. Une fois arrivés devant la porte, un docteur les attendait pour leur donner des infos sur l'état de la patiente. Reita l'écouta attentivement, mais Ayano, elle voulait juste qu'il arrête de parler pour entrer dans la chambre. Une fois le docteur parti, Luka leur dit qu'il attendrait devant la porte.

C'était le moment de vérité, les deux naufragés entrèrent dans la pièce et au grand soulagement de la fillette, la patiente qui était dans le lit était bel et bien Miyabi. Cela tenait presque du miracle, tous les trois étaient sortis vivants de cette tempête et du naufrage du bateau. Miyabi qui entendit le bruit de la porta qui s'ouvrait tourna la tête vers l'entrée de la chambre et écarquilla les yeux à la vue de sa sœur et de Reita. Un petit sourire s'afficha sur son visage, et Ayano quand à elle fit le plus grand sourire qu'elle puisse faire. Voila enfin une bonne nouvelle depuis des jours. Elle s'approcha lentement du lit et prit la main de sa sœur entre les siennes. Apparemment, elle n'avait pas trop de blessures, le traumatisme de la tempête agissait surtout sur le moral de la jeune fille, tout comme ça l'avait fait sur sa petite sœur.


"Je suis tellement contente de te voir."

Tandis qu'Ayano s'était agenouillée près du lit pour être à la hauteur de sa sœur allongée, Reita resta à une distance respectable.

"Est-ce que tu vas bien Miyabi ?"

Tournant la tête vers l'homme pendant sa question, elle lui fit un léger hochement de tête avant de regarder à nouveau le visage de sa sœur, comme si elle ne l'avait pas vu depuis des années. Reita qui ne pouvait pas voir si la déesse était là ou pas et qui pensait que seulement tous les trois étaient présents, il prit un air plus sérieux. Il devait mettre les choses au point pour la suite des événements.

"Tu ne veux toujours pas parler hein ? Bon écoutes. Si jamais tu dois parler à quelqu'un, il ne faut surtout pas que tu donne ton vrai nom. Est-ce que tu me comprend ? Si quelqu'un ici apprend votre véritable identité à toutes les deux, vous risqueriez d'être en danger. Miyabi, en te cherchant, on a rencontré quelques personnes et selon la version officielle, nous sommes frère et sœur. Ayano a donné son accord, mais tu dois jouer le jeu aussi."

Miyabi tourna la tête et regarda le plafond blanc comme si la réponse qu'elle devait donner allait s'y afficher.

"Je fais ça pour vous protéger. Et je donnerai tout pour que vous soyez en sécurité ici. Je vous le promet."

Miyabi ferma les yeux puis elle hocha à nouveau la tête sans regarder ses deux visiteurs. Puis quelqu'un toqua à la porta avant d'entrer. C'était une infirmière qui était entrée et qui allait lui donner des perfusions. Elle demanda à Reita et Ayano de sortir de la pièce, puis Reita se tourna vers la jeune fille alitée avant de lui dire qu'ils reviendront dans l'après-midi. Après tout, il ne fallait pas faire trop patienter les autres. De retour dans le couloir, Luka les avait patiemment attendu et Ayano s'adressa à lui.

"Merci pour toute l'aide que vous nous avez apporté."

Elle s'inclina vers lui et se tourna vers Hanyuu pour lui adresser un sourire. Dans la chambre, elle était tellement occupée à tenir la main de sa sœur qu'elle n'avait même pas fait attention si Hanyuu était aussi entrée dans la chambre ou si elle avait fait quoi que ça soit pour Miyabi.

"Maintenant, je pense qu'on va avoir quelques détails à régler avant de sortir de l'hôpital."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanyuu
Déesse de la Protection
avatar

Nombre de messages : 80
Emploi/loisirs : Aider (et protéger) Lysis...Comment ça ''et c'est tout'' ?!
Présentation : Pour voir la présentation de la petite déesse portant le nom d'Hanyuu, cliquez ici !
Points : 87
Réputation : 5
Date d'inscription : 16/03/2010

Feuille de personnage
Histoire (résumée):

MessageSujet: Re: Une jeune fille échouée sur la plage...   Mar 12 Juin - 4:13

Hanyuu fut quelque peu déçue de voir que Nakana ne les suivrait pas. Globalement, elle n’aimait pas être visible pour les humains, mais en contrepartie, ne l’être que pour une seule personne la gênait également… Afin d’éviter de causer une apparition surprise, elle se retint néanmoins de se rendre visible aux autres : si elle ne l’avait pas fait jusque là, pourquoi commencer maintenant après tout ? Et puis, au fond, on pouvait l’avouer : elle avait légèrement la flemme de se rendre visible puis à nouveau invisible, surtout qu’elle risquait d’oublier…

Luka avait d’ailleurs eu la présence d’esprit de ne pas la citer quand il s’adressa à l’accueil de l’hôpital, la déesse se demanda même si c’était un éclair de génie ou tout simplement un oubli. Perdue dans ses pensées, la petite n’entendit même pas la recommandation que seules deux personnes pouvaient pénétrer dans la chambre de la patiente, la seule question qu’elle se posait était de savoir si oui ou non elle serait vue. Rapidement, elle suivit alors les deux naufragés dans la chambre, prenant au passage soin de se rendre immatérielle pour éviter la porte qui se referma à moitié sur elle.

En apercevant Miyabi, Hanyuu sut directement qu’elle ne la voyait pas, ça en faisait donc une sur trois avec le petit groupe qui venait de débarquer… Sans plus tarder, elle observa celle qui, au vu des paroles de Reita, était la soeur d’Ayano. Elle ne tiqua d’ailleurs pas sur le fait que l’homme ne soit pas de la même fratrie : aucun lien entre son âme et celle de la cadette n’avait été visible quand elle l’avait sondé. Et le mensonge n’avait de toute façon pas suffisamment de poids pour que la déesse le note, surtout qu’ils auraient tout aussi bien pu être une famille recomposée. Au fond, la seule chose qui gêna la petite fut d’entendre parler de volonté de parler par Reita. Bon sang, mais Miyabi avait été repêchée et était dans un hôpital entourée d’inconnu. A quoi s’attendait-il ?! Cette pauvre fille de l’homme n’avait-elle pas le droit d’être en état de choc ? Surtout qu’elle réagissait plutôt bien à ses réflexion, ce qui était déjà un très bon point.

Tendant les mains vers l’aînée des soeurs, elle tenta néanmoins d’adoucir légèrement sa gorge, dans l’espoir que sa voix puisse lui revenir plus rapidement. Néanmoins, Hanyuu ne se faisait pas d’illusion : elle aurait plus de facilité à parler à nouveau normalement, mais tant qu’elle ne se serait pas rétablie psychologiquement parlant, il serait impossible de lui soutirer le moindre mot. Au fond, la petite déesse avait simplement fait en sorte que ses cordes vocales se sentent comme si jamais elles n’avaient cessé de produire des sons. Pour le reste de son état, il semblait très stable. La cornue se contenta d’un léger sort de soin produisant une douce chaleur pour l’alitée. Au fond, elle se sentait plus calme, mais ses blessures ne se soignaient pas aussi vite que les autres naufragés. Dans un hôpital, une guérison rapide attirerait plus rapidement l’attention qu’au beau milieu d’un plage après tout.

Une fois tout cela fait, Hanyuu remarqua qu’une infirmière était entrée dans la chambre, mais également que les échoués avaient disparu. Sans plus tarder, elle traversa à nouveau la porte - les ouvrir, c’est dépassé voyons ! - et se rendit à nouveau matérielle en retournant vers les enfants de l’homme. A peine fut-elle de retour près d’eux qu’Ayano lui offrit un petit sourire, ne semblant pas avoir remarqué qu’elle venait à peine de revenir.

S’approchant davantage de la jeune fille, la déesse de poche murmura :

Je ne peux lui rendre sa voix, mais quand elle pourra reparler, elle ne devrait pas avoir de difficulté. A priori, elle est plus en état de choc que blessée et devrait dans tous les cas pouvoir sortir rapidement.

Bien entendu, murmurer pouvait sembler étrange, mais au vu du nombre de personnes présentes, il était tout à fait probable que quelqu’un puisse la percevoir, même sans la voir. Après tout, au vu de la magie qui circulait dans la ville, il n’était pas étonnant que quelqu’un ait assez de force pour entendre la voix de la cornue, même sans lui-même posséder de magie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakana
Tomodachien(ne)
avatar

Nombre de messages : 348
Age : 22
Présentation : Nakana
Points : 368
Réputation : 11
Date d'inscription : 28/12/2010

Feuille de personnage
Histoire (résumée):

MessageSujet: Re: Une jeune fille échouée sur la plage...   Jeu 14 Juin - 11:06

Luka fut ravi de constater le soulagement d'Ayano et Reita lorsqu'ils sortirent de la pièce quelques instants après l'arrivée de l'infirmière. Encore une fois, les manières de la jeune fille le gênèrent quelque peu. Après tout, il n'était pas habitué à tant de déférence, pas du tout même ; mais il était surtout surpris de voir qu'elle continuait à le traiter ainsi même après la scène à laquelle elle venait d'assister au port. Cette fille provenait de la haute société, cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. Alors qu'elle porte, en connaissance de cause, ne serait-ce qu'un semblant d'estime à quelqu'un comme lui, un pauvre type, un marginal, un voleur, un pillard, un hors-la-loi qui avait vu et dû faire des choses horribles par le passé, qui avait croupi des mois derrière les barreaux, qui aurait bien pu profiter de l'inconscience de la jeune fille pour lui faire les poches avant de la réveiller si Hanyuu ne l'avait pas trouvée la première sur la plage – cette estime, ça le touchait beaucoup. Dans un sourire, il s'avança vers elle tandis qu'elle s'inclinait et posa la main sur son épaule afin qu'elle se redresse.

« C'est normal. Tu n'as pas à faire ça. »

Le docteur, qui était arrivé en même temps que l'infirmière, les invita alors à le suivre dans son bureau au bout du couloir.

« Asseyez-vous, je vous en prie. La prise en charge n'est pas lourde, donc juste deux trois éléments de routine à régler, ça ne prendra que quelques inst… »

« Docteur, pouvez-vous venir une minute en 312 ? »

C'était l'infirmière qui s'occupait de Miyabi. Le médecin soupira et, à peine installé derrière sa table de bureau, se releva.

« Bon, voyez les détails pratiques avec mon jeune interne, je reviens tout de suite », demanda-t-il d'un air vague en quittant la pièce.

Le fameux interne, garçon aux cheveux bleus et à l'air épuisé que Luka avait aperçu courant partout d'une chambre à l'autre pendant qu'il attendait dans le couloir, jeta un regard blasé à son responsable, finit de ranger une pile de dossiers, et se tourna vers le petit groupe dans une curieuse expression à la fois compatissante et impatiente.


« Il me faudrait juste une pièce d'identité pour la garantie du règlement des frais d'hospitalisation, tout le reste c'est le docteur qui voit. »

Aie ! Luka jeta un regard plein d'espoir vers Reita et Ayano. Bien évidemment qu'ils n'en avaient pas, de pièce d'identité, ils venaient de voir tout ce qu'ils possédaient couler au fin fond de la mer. Et alors, s'il fallait compter sur lui… Aucune identité civile, un profil juridique à moitié vide tant il s'était refusé à parler quand la police le tenait, pas d'adresse légale, une tête dont la photo avait fait le tour de la région sur des avis de recherche, et absolument pas assez d'argent pour payer quoi que ce soit comme services hors du marché noir. Pourtant, d'eux trois, c'était bien lui qui demeurait depuis quelques mois à Tomodachi, c'était bien lui qui était censé pouvoir assurer cette part du fardeau ! Voyons comment il allait pouvoir se débrouiller.

« A vrai dire, aucun de nous trois n'a aucune pièce d'identité sur soi… »

« Comment ça se fait ?! Vous savez que vous êtes tenus de toujours avoir de quoi prouver votre identité sur vous ! Vous avez bien de la chance que ce soit pas la police ici. »

Légèrement agacé par cette remarque, Luka répliqua :

« Je pense que tu peux comprendre que ce soit pas la première chose qu'on pense à sauver en pleine tempête, non ? »

Le jeune homme aux cheveux bleus examina du regard Reita et Ayano, sans toutefois faire une seule réflexion au sujet de leurs vêtements déchirés, puis s'adressa de nouveau au pirate qu'il scruta de haut en bas :

« Et vous, vous étiez dans la tempête ? »

« … Non. »

« Eh bien alors ? »

« Eh bien je suis désolé, mais j'ai pas de pièce d'identité sur moi. Si on peut trouver une autre solution… »

« Vous pouvez régler la première partie des frais tout de suite ? »

« Non », répondit Luka du tac-au-tac, sans même songer à demander aux deux autres s'ils avaient gardé sur eux de quoi avancer l'argent, tant il avait pris à cœur cette lutte contre le zèle du futur médecin en titre à s'assurer du paiement de ces foutu frais – alors que Miyabi venait à peine d'être alitée et ne s'était même pas remise encore du choc du naufrage !

« Donc il me faut une pièce d'identité. »

Bon, ça commençait à l'énerver… Et à le désespérer, aussi. Mille sabords, qu'allaient-ils bien pouvoir faire ?…

« C'est ça qu'tu cherches ? »

Nakana, qui venait de surgir à ses côtés tel un ange tombé du ciel, lui tendait une carte d'identité coincée entre son index et son majeur, une carte d'identité avec sa tête et… non, il n'y avait que sa tête de correcte là-dessus.

« Euh… voilà ! Mon amie me l'a apportée ! », s'exclama-t-il en tendant la carte plastifiée à l'interne, qui s'était posté derrière le bureau.

L'étudiant se dirigea vers la photocopieuse, y effectua quelques manipulations, tenta trois fois de la faire marcher, puis, dans un grand soupir de lassitude, revint s'asseoir à son bureau et s'empara d'une feuille et d'un stylo – au grand soulagement des pirates qui avaient tout intérêt à ce que l'hôpital ne garde pas trace de la seule information véridique présente sur cette carte, la photographie du contrebandier.


« Bon, la photocopieuse est en panne, comme d'hab… Je vais prendre en note les informations importantes… Alors… Hugues… Bertrand… »

La situation était d'un coup devenue très drôle pour les deux pirates. Dans un élan d'insolence, Nakana demanda d'un ton innocent, en sortant sa propre carte de sa poche :

« Tu veux la mienne aussi ? »

« Celle du payeur suffira, répondit l'interne sans lever les yeux de ses notes. D'ailleurs, je vous prie de me vouvoyer, c'est la moindre des choses… La facture sera envoyée à l'adresse indiquée sur cette carte, d'accord ? Il faudra la régler dans les plus brefs délais. »

« Oh oui, bien sûr. »

Quelques secondes s'écoulèrent encore, le temps que le jeune médecin termine et vérifie les informations prélevées, puis il rendit la carte à Luka, au même moment où le docteur Peterson regagnait son bureau, sourire aux lèvres.

« Il semble que cela ait fait un certain bien à cette jeune fille de vous voir, annonça-t-il en se dirigeant vers son bureau. Il se peut qu'on puisse la faire sortir plus rapidement que prévu, à condition qu'elle revienne régulièrement pour effectuer des examens, psychologiques notamment… Bien, j'ai juste quelques questions à vous poser concernant son identité et la vôtre, vos liens de parenté ou de proximité, et sur tout ce que vous pourrez me dire sur la manière dont elle a vécu la tempête, ou sur d'éventuels antécédents qui auraient pu entraîner son mutisme et aggraver son état de choc. »

Non seulement le médecin s'était surtout adressé aux deux visiteurs de Miyabi, mais Luka se rappelait aussi de l'embarras de Reita lorsqu'il s'était montré un peu curieux des circonstances de leur venue sur la plage. Il ne savait pas si le naufragé comptait livrer au médecin toutes les informations que celui-ci demandait, ou bien les distiller comme il l'avait sans doute fait avec lui ; mais quoi qu'il en fût, par discrétion, et parce qu'ils avaient terminé ce qu'ils avaient à faire, Nakana et lui feraient sans doute mieux de les laisser seuls. Le jeune homme fit signe à son amie de la tête, et ils s'éclipsèrent tous les deux.

« Plus vraie que nature !, murmura Luka quand ils furent dans le couloir, en examinant sous toutes les coutures le bout de plastique à l'apparence officielle qui venait de lui sauver la mise. Depuis quand tu les as ? »

« Ian me les a données hier avant que je te rejoigne à la plage, mais avec tout ce qui s'est passé entre temps… »

« Sacré Ian ! Ça a été drôlement vite ! On lui en doit une… Mais il aurait pas pu me choisir un autre nom sérieux ? »

« Ouais bah te plains pas, je m'appelle Ginette Jennifer Clémentine Richard, fit-elle savoir à Luka qui ne put s'empêcher de pouffer de rire. De ce qu'il m'a dit, c'est le mec qui tire au sort les prénoms… et le nombre de prénoms. »

Ian était une crème. Enfant des rues, orphelin, mis à la porte à douze ans par sa famille d'accueil chez laquelle il n'avait pas fait long feu, il avait grandi dans les faubourgs pauvres de Tomodachi et en connaissait tous les recoins, presque tous les habitants de longue date, et toutes les magouilles qui s'y tramaient. Bosseur acharné, il avait toujours eu, contrairement à la plupart de ses semblables, l'espoir de s'en sortir pour être celui qui améliorerait le sort de ses camarades d'infortune. C'était sans doute le squatteur dont Luka s'était le plus rapproché depuis qu'ils résidaient ensemble.
Quand Nakana s'était plaint devant lui (avec force insultes) que les bars un tant soit peu soucieux de la réglementation ne la laissaient jamais entrer faute de lui prêter la majorité légale, et qu'y pénétrer en douce ne marchait pas à tous les coups, Ian lui avait aussitôt proposé de lui faire faire par un de ses amis de faux papiers d'identité, moyennant une somme tout à fait modique. S'ils voulaient rester tranquilles, ils n'avaient pas intérêt à s'en servir autrement que pour une simple vérification – ils avaient encore tenté le diable aujourd'hui, mais heureusement, le matériel pourri de l'hôpital s'était rangé de leur côté. Il ne pourrait pas y avoir de poursuites lorsqu'on se rendrait compte que personne du nom qu'ils avaient relevé n'habitait à la fausse adresse indiquée, voire qu'il n'existait personne de ce nom, avec cette date de naissance, dans tout le pays.
Peu importait ce qu'en avaient pensé Ayano, Reita ou la petite déesse, ils n'avaient pas eu le choix et s'en étaient sortis de justesse… C'était beaucoup plus simple, tout de même, de se tirer d'ici de force comme ils l'avaient fait avec Yosama.


« Allez viens Hugues Bertrand, on les attend à la sortie. »

[hrp : je te laisse gérer la fin avec le médecin, tu peux carrément survoler si ça t'arrange haha]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayano Sakae
Princesse déchue
avatar

Nombre de messages : 20
Présentation : Cliquez pour avoir la présentation d'Ayano, celle de Miyabi et celle de Reita.
Points : 26
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/05/2018

MessageSujet: Re: Une jeune fille échouée sur la plage...   Ven 15 Juin - 23:43

Le docteur arrivait dans le couloir presque en même temps que l'infirmière venait d'entrer dans la chambre. Il les avait invité dans son bureau pour régler les détails concernant leur identité et les formalités de paiement. Ce dernier détail embarassait un peu le naufragé car même si il avait un peu d'argent en partant, il avait tout perdu à cause du naufrage.

Luka avait même prit l'initiative de s'occuper des détails, si seulement il ne s'agissait que de paperasse, ça arrangerait les choses pour lui qui n'y était pas du tout habitué à ce genre de choses... Mais là le jeune garçon voulait se porter garant d'eux pour leur paiement. Il n'était même pas sûr de pouvoir payer. Il voulut l'empêcher de continuer cette querelle inutile, mais Nakana venait d'arriver juste à temps pour lui sauver la mise, et certainement celle de tout le monde par la même occasion.

Lorsque l'homme lu le nom inscrit sur la carte plastifiée, Reita remarqua que le nom du jeune homme n'étaient pas du tout le même que celui sous lequel il s'était présenté a eux. Il utilisait alors un faux nom ? Peu importe, en tout cas, il ne pouvait pas le blamer, lui même avait demandé aux deux soeurs d'utiliser un nom d'emprunt.


"Attendez Luk... Euh Hugues. Je vous remercie pour la carte d'identité. Je réunirait l'argent pour que vous deux n'ayez pas de problemes."

Le docteur retourna au bureau et donna quelques nouvelles de sa nouvelle patiente. Même si Ayano l'avait déjà remarqué, elle était soulagée d'entendre que sa soeur allait mieux depuis qu'elle les avait vu. Surtout quand cette information venait de la part d'un docteur. Il demanda quelques détails sur la situation de Miyabi. Après tout, c'était parfaitement logique que le médecin veuille en savoir plus sur sa patiente afin de lui permettre de guérir plus rapidement.

Luka et Nakana s'éclipsèrent discrètement sans qu'aucun des deux naufragés présents dans le bureau ne le remarque. Reita répondit aux questions que lui posait le docteur en gardant le même récit que pour Luka et Nakana. Il gardait les mêmes détails, ils venaient d'un petit village sur une île isolée et déménageient pour habiter dans une grande ville, il ajouta cependant un détail dont personne ne lui avait parlé auparavant : Le mutisme de Miyabi (même si du coup c'était logique puisque personne hormis le docteur ne l'avait rencontré). Reita décida de mentir à ce sujet, mieux valait continuer à cacher la véritable raison du mutisme de la jeune fille.


"J'imagine que c'est à cause du naufrage. Miyabi parlait très naturellement avant qu'on soit pris dans la tempête. Elle n'a jamais aimé le bateau, mais là le traumatisme en sera encore plus grand par la suite."

Ayano restait silencieuse tandis que Reita continuait à discuter avec le docteur pendant encore quelques minutes, puis ils se quittèrent. Les deux naufragés passèrent devant la porte de la chambre 312 en se promettant de repasser un peu plus tard dans la journée.

Une fois à l'extérieur du bâtiment, Reita remarqua que les deux personnes qui les avaient accompagnés les avaient attendus. Il se dirigea vers eux, suivi de près par Ayano.


"Encore une fois, je vous remercie pour tout ce que vous avez fait pour nous. Je vous promet que je vais tout faire pour payer l'hôpital dans les délais. Si jamais vous avez le moindre problême, n'hésitez pas à me chercher. Je vous donnerai l'adresse où nous vivons dès que nous auront trouvé un toit sous lequel nous réfugier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une jeune fille échouée sur la plage...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une jeune fille échouée sur la plage...
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Arneval Malicia, jeune fille pas si pur [terminée]
» Jeune fille aux cheveux de feu, brûle le mal de tes paroles. [Yaelle]
» Un casier, une jeune fille dans ses pensées... et PAFF ... || Justin Alambra [Terminé]
» Arrivée de la jeune fille triste [ LIBRE !!!!!]
» Il était une fois, une jeune fille nommée Katharina....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tomodachi :: Ville de Tomodachi :: La Mer-
Sauter vers: