Forum RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Du son et de la poussière

Aller en bas 
AuteurMessage
Ancasilvia
Prêtresse de la Chasse
avatar

Nombre de messages : 87
Localisation : Dans une plaine, priant pour la Chasse.
Points : 102
Réputation : 5
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Du son et de la poussière   Jeu 3 Mai - 20:31

Peut-être au fil des derniers jours vous a été distribué dans la rue, au détour d'un fastfood ou d'un café, un prospectus étrange. En effet, ils ne ressemblait en rien à des flyers actuels. C'étaient des rectangles de parchemins manuscrits blanchis avec soin, où avaient été écrit à la main de façon raffinée les informations utiles. Cela concernait un évènement chez un antiquaire faisant dans les curiosités le Samedi soir qui venait, à partir de 18 heures. Mais à bien le lire, il s'agissait bien d'une invitation un un concert... De musique électronique ?



Cela faisait environ une semaine déjà que trois jeunes adolescents, tous froqués d'habits trop grands leur donnant un style gavroche d'un autre âge, s'étaient distillés au quatres coins de la ville. Leur précieuse cargaison fourrée dans des sacs de toile cousus mains, ils s'étaient organisés pour en distiller un peu partout dans les fast food, restaurants et disquaires typés de tous les quartiers. Certains diraient que quelques coins de la ville n'étaient pas très adaptés pour le travail honnête et à la distribution de tracts au coin de rue, mais les hommes en charge étaient des experts, et les flyers partirent comme des petits pains au fil des jours.

Ainsi arriva Samedi. La Patronne s'était levée très tôt. Il y avait, vraiment, beaucoup à faire. Il lui avait fallu attendre les livraisons au petit matin de litres d'alcool qu'elle dû charger seule en arrière boutique, tout en mettant à jour ses comptes, arrivée par arrivée. Il lui fallu aussi réceptionner au compte goûte les employés qu'elle avait dégotés sur le pouce pour assurer la nuit à venir. Trois barmen et deux videurs qui avaient bien trop la gueule de l'emploi. Elle mit leurs bras à contribution dès qu'ils débarquèrent, après une rapide présentation polie et professionnelle ainsi qu'une visite guidée de la maison.
L'endroit avait une ambiance toute particulière. C'était une maison d'un autre âge, fourmillant de tant d'objets curieux et méconnus qu'il y en avait de partout. Ils pendaient parfois par grappes de crochets aux murs ou se retrouvaient accrochés aux rampes d'escaliers. La patronne avait déjà, dans la nuit, dégagé et réaménagé le rez de chaussée qui devrait accueillir les clients ainsi que le bar, et faisait passer la visite en prenant sous les bras des paquets de grigris qu'elle allait planquer dans quelques pièces de l'étage, interdites d'accès.
Certains de employés semblèrent profondément dubitatifs quant au lieu où se déroulerait l'évènement du soir. D'autres semblaient franchement emballés, quand à un second, il se contentait de répondre quand on lui demandait son avis :


-"Boarf. Ca m'en touche une sans faire bouger l'autre."

Mais il fallait se remettre au travail dès que possible. Ainsi vivres, tables, chaises, luminaires et des meilleures s'écoulèrent au fil de la matinée. L'après-midi était bien entamée lorsque les employés firent une pause pour manger et ouvrirent la première bouteille. La patronne elle, terminait d'accrocher au dessus de l'entrée une grande banderole qu'elle regarda avec satisfaction, perchée sur son échelle, les bras croisés. La salle devrait pouvoir accueillir une soixantaine de personnes sans trop de soucis. Elle avait beau réfléchir à la moindre chose qu'elle aurait pu oublier, il lui vint à la conclusion qu'il était le moment pour elle de se poser un peu pour la première fois depuis deux jours.
Elle partit partager un verre avec ses compagnons de galère, et porta un toast.


-" A cette soirée, qui d'hors et déjà risque de s'annoncer mémorable !"

Le jour commençait à tomber. Ils firent peu à peu place nette car à 18 heures, les premiers clients s'approchaient déjà de la salle de concert...

[HRP: Je jouerai les PNJ du bar ! Smile ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krystal Kabuki
Ninja Kabuki
avatar

Nombre de messages : 51
Points : 59
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/01/2015

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Jeu 3 Mai - 22:17

Sans savoir pourquoi, Krystal aimait bien se promener dans les bas quartiers. Elle se sentait chez-elle. Certes, ce n'était pas les quartiers les plus fréquentables, mais au moins ils avaient le mérite d'être animés. Mais pour le moment elle ne faisait plus de tourisme, ni de recherche. La kunoichi avait besoin de se changer les idées si elle ne voulait pas sombrer dans la folie.

Son sensei l'avait avertie lorsqu'elle apprenait les rudiments du ninjustsu. Il lui avait dit que prendre le chemin de la vengeance était tortueux et que si elle plongeait dans les ténèbres, elle ne reviendrait pas. Lorsqu'elle entendit ces mots pour la première fois, elle n'avait vraiment rien comprit. D'ailleurs, elle n'était pas sûre d'avoir réellement compris ce que cela signifiait aujourd'hui, mais elle y réfléchissait.

Elle déambulait alors dans le rues, sans objectif précis, repensant au tournois qu'elle avait fait il y a quelques jours. Les paroles de l'homme qui l'y avait inscrit résonnaient encore dans sa tête. Même si elle ne voulait pas écouter de conseils venant de cet homme, elle se disait qu'il avait quand même raison.


"Vous vous battez bien. Et nul doute que vous êtes une grande guerrière, mais vous devriez vous sociabiliser un peu plus. Se battre seul reste quand même dangereux. Vous seriez plus forte avec d'autres personnes à vos côtés"

* Pas sociable, pas sociable... *

"Je vais lui en donner de la sociabilité !"

Krystal venait de hurler cette phrase oralement au lieu de la hurler dans son esprit uniquement. Tous les regards se tournèrent alors vers elle, mais elle s'en fichait. Après tout, on est dans les bas quartiers. Des cinglés comme ça, il y en a des dizaines. Alors une de plus ou une de moins... Quelle différence ça fait ? C'est au détour d'une ruelle sombre qu'elle s'arrêta, pensive.

* Mais j'y pense... Je n'ai pas revu Judith depuis le jour où je suis arrivée ici. *

Mettant la main dans sa poche, elle y trouva seulement quelque raisins secs. En regardant la poignée de fruits secs, elle soupira puis jeta le tout par terre.

* Ça ne suffira pas. Et de toute façon, Jud' déteste les fruits secs. Elle m'en voudrait si je l'invoque pour lui donner ça. *

La femme ninja rebroussa alors chemin mais un attroupement devant ce qui semblait être un magasin d'antiquités attira son attention. Poussée par la curiosité, elle se décida à entrer. C'était peut-être une occasion pour elle de se "sociabiliser"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancasilvia
Prêtresse de la Chasse
avatar

Nombre de messages : 87
Localisation : Dans une plaine, priant pour la Chasse.
Points : 102
Réputation : 5
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Ven 4 Mai - 10:15

Son :
 

Entrer dans le lieu n'était pas bien difficile. Il avait simplement fallu se faufiler entre une petite dizaine de curieux jugeant l'endroit et la musique d'un air surprit, et qui avaient visiblement du mal à se décider s'il fallait entrer ou non, sous la garde silencieuse d'un videur qui se contenter se rester figer les bras croisés sans trop rien dire.

L'intérieur était grand, cozy, et encore relativement vide à l'heure actuelle. L'éclairage en clair obscur n'était pas perçant, laissant libre chacun de s'installer dans des endroits plus ou moins exposés. Ce n'était pas étouffant, et la bonne ambiance et la était de mise. A première vue, il aurait difficile de se dire que la fête se déroulait dans les bas quartiers, tant la populace d'ici semblait tranquille et "normale". Quelques personnes venaient de récupérer leurs boissons au bar et allèrent s'installer à une table située sous des enceintes accrochées à un mur, à côté d'autres qui détaillaient l'endroit et en discutaient tout en profitant du son autour d'un narguilé, recrachant des volutes de fumées épaisses et parfumées qui venaient flotter dans l'air de la pièce. La musique était sympathique d'ailleurs, pas trop bourrine ni prenante pour un début de soirée, les rythmes électroniques se mêlant à des sons plus jazz et groovy.
Au comptoir, à gauche non loin de l'entrée, le barman en charge prenait visiblement du bon temps, hochant la tête en rythme tout en fourrant avec habilité différents ingrédients et alcool dans un checker. Il taillait le bout de gras avec un un homme qui attendait visiblement sa boisson en tapant discrètement du pied au sol pour marquer le tempo.

En voyant la ninja entrer, le second barman -qui était encore loin d'être surchargé de travail- vint s'accouder au comptoir pour la saluer avec grande sympathie.


-"Bonsoiiiir ! Bienvenue chez l'Antiquaire ! Vous êtes une simple curieuse attirée par l'endroit, ou une curieuse qui a bien besoin d'un verre ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krystal Kabuki
Ninja Kabuki
avatar

Nombre de messages : 51
Points : 59
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/01/2015

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Ven 4 Mai - 17:04

Une chance pour la femme ninja qu'elle soit plutôt fine. Elle réussit à se faufiler sans trop de peine à l'intérieur du bâtiment. Regardant à droite et à gauche elle était au début un peu perturbée. Ce n'était pas courant pour elle de se retrouver dans ce genre d'endroit. Un barman lui adressa alors la parole. Affichant un sourire de façade, elle lui répondit.

"Ah, je suis juste une curieuse. J'ai été attirée par la foule et... Ben me voilà !"

Elle entendais toujours "vous devriez vous sociabiliser" dans son esprit. Elle espérait d'ailleurs qu'au fur et à mesure, la musique sera plus forte que cette phrase qui résonnait dans sa tête.

"j'aurais bien envie de boire quelque chose, mais je n'aucune idée de quoi. Surprenez-moi !"

Elle fit un clin d’œil à l'homme. Cette soirée allait être pour elle une occasion unique de s'exercer à se sociabiliser. Elle devait à tout prix se faire passer pour quelqu'un d'ordinaire. C'était primordial à sa mission. Elle adressa de nouveau la parole au barman.

"Vous faîtes souvent ce genre de soirées ici ? Je dois vous avouer que c'est une première pour moi. Je suis une fille de la campagne, et je ne connais pas beaucoup de monde. Je ne suis là que depuis quelques jours."

Elle s'assit alors au comptoir en tapotant du doigt au rythme de la musique. Elle commençait à apprécier l'endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancasilvia
Prêtresse de la Chasse
avatar

Nombre de messages : 87
Localisation : Dans une plaine, priant pour la Chasse.
Points : 102
Réputation : 5
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Ven 4 Mai - 22:58

Bien que le sourire le la nouvelle venue soit surement de façade -ainsi que son clin d'oeil- , le barman grandit encore en sympathie tout en s'accoudant plus au comptoir.

-" Pour être tout à fait honnête avec vous, j'suis ici en intérim pour la soirée. M'est avis que c'est la première fois qu'elle fait ça.

Il attrapa un verre qu'il entreprit de faire mousser et de rincer à la tireuse tout en continuant :

- De mon côté je suis de la ville. Les tafs du genre ça me connait, et j'ai jamais entendu parler d'une soirée de ce type chez un truc aussi vieux et décalé qu'une... Échoppe de voyance doublé d'un antiquaire ?"

Il posa le verre trempé derrière le comptoir sans même le regarder, se mettant à dévisager la salle un moment l'air pensif, constatant l'effet de l'étrange mélange des genres sur les gens. Bien que les gens aient pu avoir l'air méfiant à leur arrivée dans les lieux, ils semblaient tous avoir totalement oublié dans quel quartier ils étaient. Il haussa les épaules avec un sourire, et répondit tout en saisissant une bouteille qu'il déboucha aussitôt.

-"... M'est avis que ça fait pas de mal aux gens d'ici, une petite curiosité de ce genre. C'est pas tous les jours dans les bas quartiers qu'on a ce type d'occasions en réalité. Surtout du côté... Propre et honnête de la force, si vous voyez ce que je veux dire.

A peine sa phrase finie qu'il trempa les lèvres dans un verre doseur généreusement rempli, en attestant le goût avec concentration et curiosité. Un rictus puis un sourire se dessinèrent sur ses lèvres, comme si le goût lui avait procuré un coup de fouet, mais laissait une douce impression en bouche.

- Pour ce qui est d'être surprise niveau boisson j'pense que vous allez être servie. On a tout un tas d'alcool importés droit d'un pays étranger. Tahiir, Seikir, Daanut et plein dont j'ai pas encore été foutu de retenir le nom. En tout cas c'est pas des goûts qu'on a l'habitude de sentir. Il posa délicatement le verre doseur sur le bord du comptoir. Tenez. Dites-moi si ça vous plait."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belnika
Invocatrice
avatar

Nombre de messages : 240
Points : 282
Réputation : 8
Date d'inscription : 09/02/2010

Feuille de personnage
Histoire (résumée):

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Sam 5 Mai - 17:18

Belnika avait réussi à décrocher son premier boulot en ville, néanmoins, ce jour-là, il requieraitt qu’elle se rende dans un vieux café des bas-quartier. Évidemment, elle devait demander divers documents au patron qui n’avait pas voulu être compréhensif. Comment faire comprendre à un type qui voyait chaque jour des gens tout aussi peu fréquentable que son établissement l’importance de documents administratifs ?! Et surtout quand on lui demandait à récupérer lesdits papiers. Au final, la jeune femme avait mis la journée à travailler là-dedans ! Un véritable enfer !

Sortant enfin du café, en soupirant, elle remontait les rues quand elle aperçut une masse de gens chez un… Antiquaire ?! Comment les personnes de ce type de quartier pouvaient-ils d’un coup avoir un soudain intérêt pour une boutique à première vue à l’opposé de leurs intérêts ? Il y avait anguille sous roche selon l’ancienne générale. Et en tant que Hunter, nul doute qu’elle faisait partie des personnes les mieux placées pour se charger de pareille affaire.

Belnika laissa échapper un soupire. Et dire qu’après avoir récupéré les précieux documents qui lui seraient utile dans son travail dès le lendemain, elle pensait pouvoir rentrer tranquillement chez elle, se commander une pizza et se poser devant une bonne série… Cette ville avait un incroyable don pour aller à l’opposé des prévisions de chacun !

Habituée à être relativement peu remarquée dans la fondation où elle se trouvait, elle avait acquis une certaine capacité à se faufiler entre les gens sans trop de problème, et c’est ainsi qu’elle parvint à rejoindre le bar. Bon plan : de là, elle allait pouvoir observer l’ensemble de la salle ! Et puis c’était quoi cette musique ? C’était drôlement atypique pour un lieu tout aussi atypique par rapport à son quartier.

La première chose que remarqua la générale fut le barman, il avait l’air étrangement clean, comme l’ensemble des personnes présentes en fait… Il faisait à priori goûter un cocktail à une des clientes qui n’avait pas non plus l’air d’être une dealeuse de drogue ou quoique ce soit s’y rapprochant… Mais qu’est-ce que c’était que cette fichue soirée ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krystal Kabuki
Ninja Kabuki
avatar

Nombre de messages : 51
Points : 59
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/01/2015

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Sam 5 Mai - 21:50

Bien qu'elle masquait ses véritables pensées, la compagnie du barman n'était pas désagréable à la kunoichi. A vrai dire, petit-à-petit, l'ambiance globale des lieux la faisait voyager ailleurs. Elle oubliait les raisons qui l'avaient poussée à venir en ville. Le barman posa un verre devant elle en lui demandant son avis. Elle le saisit et goûta la mixture que lui avait préparé le jeune homme.

"Wouah... C'est vraiment bon. Excusez-moi, je ne suis pas vraiment une connaisseuse. A vrai dire, je ne crois pas avoir jamais bu d'alcool auparavant."

Le faux sourire que Krystal affichait se transformait peu à peu en véritable sourire. Elle se plaisait bien ici. C'était peut-être la première fois qu'elle faisait une activité normale d'une femme de son âge. Elle décida alors de profiter de cet instant au maximum, bien que sachant qu'il ne durerait pas éternellement.

Jusqu'à maintenant, elle n'avait rien remarqué, mais le nombre de visiteurs s'était légèrement réduit à l'entrée et avait grandement augmenté à l'intérieur. Elle regarda un peu le monde qui avait pénétré à l'intérieur des lieux, soudainement elle sentit une sensation étrange émaner de son ventre.


* C'est vrai que je n'ai rien avalé depuis ce matin... *

S'adressant à nouveau au barman:

"Est-ce qu'à tout hasard, vous auriez aussi quelque chose à grignoter ou vous ne vendez que des boissons ? Je n'ai pas mangé depuis un petit moment et je commence à avoir un petit creux..."

Elle se sentait un peu embarrassée. Elle qui avait toujours l'habitude de se débrouiller seule, de ne jamais demander de services à d'autres, elle se retrouvait tout d'un coup à parler à un inconnu. C'était tout nouveau pour elle. Pour ceux qui ne la connaissaient pas, elle passait vraiment pour une jeune femme totalement normale et même un peu timide sur les bords. Peut-être y avait-il encore un cœur sous cette coquille qu'elle s’efforçait jour après jour de durcir et d'affiner...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancasilvia
Prêtresse de la Chasse
avatar

Nombre de messages : 87
Localisation : Dans une plaine, priant pour la Chasse.
Points : 102
Réputation : 5
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Lun 7 Mai - 21:23

Le barman sourit lorsque la jeune femme complimenta sa concoction, s'excusant d'avance parce qu'elle ne s'y connaissait pas. Il commençait d'ailleurs un peu à se perdre en observant son attitude adorablement confuse. C'est à peine s'il prêta réellement attention à l'arrivée d'une autre jeune femme qui se posta près du bar, à l’affût, comme s'il y avait une couille dans le potage et que toute cette bonne ambiance cachait quelque chose de louche.

-"Eh bien si ça vous plait on part sur ça ! ... Et je suis ravi d'être celui de votre première fois."

Il clôt les yeux en affichant un sourire silencieux, puis récupéra son verre doseur ainsi qu'une myriade d’ingrédients, de la feuille de menthe à diverses boissons difficilement définissables pour un non aguerri, tant il faisait ça vite. Il y ajouta une bonne dose de glace pilée et attrapa son shaker, commençant à l'agiter furieusement avant de jongler avec celui-ci derrière son dos, à la plus grande joie d'une autre jeune femme qui faisait elle aussi la queue. Il remplit le verre de la kunoichi et le poussa vers elle -avec une addition- tandis qu'il l'écoutait, un léger rictus préoccupé se dessinant sur son visage. La question de la jeune femme lui parut de toute évidence, totalement légitime.

-" C'est une excellente question. Excusez-moi un instant. "

Il fixa un moment une porte derrière lui, l'inquiétude et le mécontentement semblant grandir dans son regard. En effet, de plus en plus de gens se massaient vers le bar, si bien qu'il commençait à être débordé, et son collègue n'était toujours pas là pour l'aider à répondre à la foule d’assoiffés. Il se tendit en perçant la salle du regard, visiblement à la recherche de quelqu'un.

-" Jack ? Jack !"

Pas de réponse du dit nommé. Mais cela attira l'attention d'une femme immense, dépassant le mètre 90, qui se faufila entre les clients sans même les frôler, s'excusant avec politesse. Il se dégageait d'elle une délicatesse et une grâce presque indéfinissable. Ses longs cheveux blancs étaient peignés en une coiffe ornée de bijoux, dégageant son doux visage ainsi que ses très longues oreilles. Lorsqu'il la vit arriver, le barman ne peut s'empêcher de laisser échapper un soupir de soulagement.

-" Que se passe-t-il ?
Demanda avec gentillesse la femme, d'un calme imperturbable.
- Je trouve pas Jack.

La femme abandonna son éternelle tranquillité l'espace d'un très court instant, fronçant sincèrement les sourcils. Elle parut réfléchir un moment qui sembla tout aussi court, avant de répondre :

- Problématique. Allez le chercher, je prend la relève.
- Très... Très bien. Et la dame là a faim !"

Il désigna Krystal d'un signe de tête tout en lui accordant un regard, comme s'il semblait peiné d'avoir à quitter le bar à cet instant, avant de disparaître dans la foule. Ce fut donc cette immense femme à la tranquillité si communicative qui le remplaça. Elle sourit à toutes les personnes en présence avant de déposer des cartes de part et d'autre du bar "pour ceux qui ont faim", les enjoignant à choisir, de même que des boissons. Elle déposa une des cartes dans la main de la kunoichi avec un sourire très doux, et patient.

-" Nous n'avons pas grand-chose pour ce qui est de vous sustenter, un plateau de charcuterie ou de fromage tout au plus, j'en suis navrée. Je vous laisse choisir, si tant est que cela vous convienne."

Elle élargit un peu plus son sourire avec révérence avant de se retourner vers la petite brune à l'air perdu, qui lui sembla étrangement bien trop tendue pour l'instant et l'endroit.

-" Bonsoir Mademoiselle. Vous semblez perdue, puis-je vous aider en quoi que ce soit ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belnika
Invocatrice
avatar

Nombre de messages : 240
Points : 282
Réputation : 8
Date d'inscription : 09/02/2010

Feuille de personnage
Histoire (résumée):

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Mar 8 Mai - 0:41

De son poste d’observation absolument pas discret, Belnika avait vu le barman partir vers la foule, ainsi donc, il avait probablement fini son service d’une quelconque façon… Et il restait sur les lieux ?! Mais il voulait faire des heures supplémentaires en salle ou était-il tellement amoureux de son travail qu’il ne voulait en quitter le lieu de ce dernier ? Enfin, l’ancienne générale ne pouvait réellement l’en blâmer : n’avait-elle pas fait poser un lit de camps au milieu de ses précieuses archives par le passé afin de s’y remettre dès le matin suivant ? Elle ne put s’empêcher de pousser un soupire à cette simple idée. Il lui serait impossible de faire pareil maintenant : elle n’allait certainement pas demander à camper dans les archives municipales quand même ! Et puis voilà qu’elle regrettait presque l’eternalis corp ! Elle devait se ressaisir ! Et puis surtout, cette simple pensée lui avait encore fait perdre des points de discrétion tant elle semblait perdue et tendue, c’était un mauvais plan pour jouer la gentille petite Hunter enquêtant dans les bas quartiers !

Quand elle retrouva le chemin de la réalité, une dame venait de s’adresser à elle, ou plutôt une géante ! N’étant pas bien grande elle-même (environ un mètre soixante-cinq), elle releva la tête vers l’inconnue par réflexe. D’abord un peu gênée par la réflexion qui lui avait été faite, elle ne ressentit aucune animosité de la part de la grande dame, ainsi, détendue, elle lui offrit un petit sourire amical. Au fond, tant que rien ne se passait mal, elle n’avait pas à laisser paraître la moindre animosité, que du contraire : rester attentive lui suffisait.


Ah… Je… Vous êtes la propriétaire des lieux ?

Voilà qu’elle commençait à bafouiller maintenant ! Si elle ne semblait pas déjà louche à la base, cela ne l’aiderait pas à aller contre ce sens… Elle détourna le regard de l’inconnue pour observer les lieux rapidement. Au fond, tel qu’était actuellement, cet endroit semblait vraiment fantastique. Des dizaines et des dizaines de gens qui appréciaient simplement la musique en buvant un coup, en discutant les uns avec les autres, paisiblement…

C’est vraiment un endroit étrange…

Néanmoins, il lui vint alors une illumination : combien de personnes voyaient réellement le terme “étrange” comme positif. Venait-elle de faire l’erreur de critiquer ce lieu d’où s’échappait une sorte de magie aux yeux de sa propriétaire ?! Décidément, elle enchaînait les gaffes… D’un geste rapide, elle reporta son attention à la “potentielle gérante géante”, lançant quelque peu paniquée :


Enfin… Je veux dire que ce lieu semble incroyable ! Surtout dans un quartier comme celui-ci ! La plupart des bâtiments ici ne dégagent qu’une aura lugubre contrairement à cet endroit qui semble rayonner !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krystal Kabuki
Ninja Kabuki
avatar

Nombre de messages : 51
Points : 59
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/01/2015

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Mar 8 Mai - 10:49

Le barman avait laissé sa place à une femme. A voir son regard qui se portait un peu partout à la fois, Krystal n'eut pas de difficultés à deviner qu'il s'agissait de la gérante de l'établissement et certainement l'organisatrice de la soirée. Celle-ci se plaça derrière le comptoir et commença à donner des cartes pour inciter les clients à prendre à manger ou commander des boissons. Nul doute qu'elle connaissait bien le métier. Elle s'adressa à la femme ninja en lui proposant un plateau de charcuteries ou un plateau de fromages.

"Le plateau de charcuteries ça sera parfait."

Répondit-elle alors que son ventre criait famine. Fort heureusement, le rythme de la musique en recouvrait les bruits.

* Je vais peut-être pouvoir récupérer une ou deux tranches pour Jud' *

La gérante lui fit un signe montrant qu'elle allait lui fournir sa commande puis elle s'adressa à une autre cliente, qui lui posa une question et qui donna son avis sur les lieux. Krys vit qu'en donnant son avis, la jeune femme s'emmêlait les pinceaux en essayant de justifier ce qu'elle avait dit juste avant. Ne pouvant s'empêcher de faire un léger sourire, elle pensa:

* Finalement, j'ai peut-être trouvé pire que moi niveau sociabilité... *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancasilvia
Prêtresse de la Chasse
avatar

Nombre de messages : 87
Localisation : Dans une plaine, priant pour la Chasse.
Points : 102
Réputation : 5
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Mer 9 Mai - 20:21

Le temps qu'elle choisisse, La grande femme aux oreilles pointues préparera un verre qu'elle eu le temps d'envoyert. Elle afficha un sourire rapide et franc à sa demande.

-'"Et un plateau de charcuterie. "

La géante se faufila rapidement dans la salle à l'arrière du comptoir et revint bien vite, une ardoise pleine de viandes rustiques de différentes sortes, bien servie entre les mains. Avec deux généreux bout de pains aux céréales, quelques cornichons et une petite motte de beurre aux herbes. Tout semblait très frais. Elle le déposa élégamment devant la kunoichi, sous les regards des autres clients. Des interrogations fusèrent.  Il sembla tout à coup que le plateau de charcuterie paraissait être un très bon investissement. Deux silhouettes glissèrent promptement à travers la foule. C'était le barman secondé du fameux Jack, qui faisait profil bas. Ils se remirent au travail aussitôt, s'attelant à prendre et préparer les commandes qui affluaient. La grand femme laissa échapper un souffle silencieux. Enfin rassurée. Elle pu reporter entièrement son attention vers la petite brune, qui -ô, surprise!- , retrouva ses esprits et se mit à communiquer.


Ah… Je… Vous êtes la propriétaire des lieux ?

A sa question, elle agrandit encore un peu plus son sourire, qui gagna encore en chaleur.


-" Tout à fait. Je suis la gérante et patronne de cette boutique de curiosités."

Lorsque la brunette se répandit en justifications, elle appuya son menton sur sa main mi-close, tranquillement à l'écoute.  l'elfe l'observa sans bouger, ses yeux rouges la détaillant très rapidement, puis, un léger rictus tordit un coin de ses lèvres. Rictus qui se transforma rapidement en un rire éclatant de franchise, si tonitruant que tous avaient dû l'entendre. Elle prit une grande inspiration avant de répondre, avec une déconcertante sincérité :

-" Je vous remercie, et je suis profondément honorée qu'il vous plaise, kyakka. A vrai dire, j’espérais du fond du cœur qu'on puisse le percevoir de cette façon."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belnika
Invocatrice
avatar

Nombre de messages : 240
Points : 282
Réputation : 8
Date d'inscription : 09/02/2010

Feuille de personnage
Histoire (résumée):

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Mer 9 Mai - 21:43

En entendant la géante rire, Belnika ne put cacher sa surprise : s’était-elle emmêlé les pinceaux à ce point en parlant ? Interdite, elle ne put s’empêcher de regarder autour d’elle les diverses personnes qui s’étaient retournées sur elles, comme cherchant une autre raison que ses paroles qui aurait pu amuser la grande dame. Rien à l'horizon. C’était bien d’elle que la gérante riait… Mais cela ne semblait pas être une moquerie, non, le rire semblait être sincère et amusé, ce qui créa un petit sourire gêné sur le visage de la brune. Elle n’avait pas vraiment l’habitude qu’on rigole avec elle, il faut dire qu’elle n’avait même pas l’habitude de trop parler à qui que ce soit globalement, à part avec Namashi, ou Ankou par le passé.

C’était tout de même risqué de vous installer dans un tel quartier…

Elle n’ajouta aucune précision, après tout, si la patronne des lieux s’était installée là, elle devait avoir déjà vu à plusieurs reprises le type de personnes vivant dans les lieux aux alentours, voir même carrément le genre d’établissement qui se trouvaient dans les environs.

Un peu plus tôt dans la journée, j’ai dû me rendre dans un… Café, selon l’enseigne… Et l’ambiance était tellement opposée…

Tout en parlant, elle avait perdu son sourire : voir de tels endroit la déprimait sincèrement. Belnika aimait la vie, elle aimait voir les gens sourire, être heureux… C’était très naïf comme façon de penser, mais elle n’aimait voir ni la souffrance, ni la tristesse. Sans doute était-ce pour ces raisons qu’elle avait rejoint l’eternalis corp à l’origine, et les Hunters actuellement.


Vous pouvez vraiment être fière de cet endroit que vous avez créé. Je vous avoue que j’avais peur de voir les choses dégénérer rapidement et que c’est en partie la raison de ma venue… Mais tout à l’air de se passer à merveille…

Dans un petit sourire, elle ajouta :

J’espère de tout coeur que cet endroit restera ainsi aussi longtemps que possible. Et puis, si quelqu’un tente un jour de vous arrêter, n’hésitez pas à faire appel à moi. Je devrai souvent passer dans le coin pour mon travail, donc je ne serai jamais bien loin.

Le plus simplement du monde, elle tendit la main dans laquelle apparut un petit slime bleuté, à peine plus grand que son poing. La petite créature, sans doute ravie d’être invoquée, se mit à joyeusement sautiller en poussant de petits cris aigus, mais néanmoins adorables.


Si jamais vous avez un souci, n’hésitez pas à leur demander de m’appeler.

Depuis peu, elle avait prit l’habitude d’en éparpiller un peu partout dans la ville : ils étaient souvent très discrets et, ainsi, Belnika était persuadée de pouvoir intervenir rapidement en cas de problème n’importe où dans Tomodachi. D’une certaine façon, c’était une idée qu’elle avait eu pour se racheter auprès des Hunters, de tous les habitants, et même de la magie qui vivait en ces lieux.

Malheureusement, les slimes étaient des créatures qui adoraient s’amuser… Mais aussi manger quand ils en avaient l’occasion ! Et puis cette assiette de charcuterie à quelques mètres d’eux était si tentante… La sphère bleutée sauta sur le comptoir, esquivant avec une agilité folle tous les verres posés, jusqu’à arriver devant la jeune femme et son assiette de charcuterie…


Ah ! Mais… !

Sans plus tarder, Belnika partit à la poursuite de la bestiole. Malheureusement, quand elle l’atteint, elle put voir le slime engloutir une magnifique tranche de saucisson !

Ah… Je… Je vous le repayerai ! Je suis sincèrement désolée, il n’était pas sensé vous piquer votre charcuterie…

S’inclinant tout en s’excusant, la jeune femme n’avait pu s’empêcher de jeter un regard noir à son invocation qui, pour seule réaction, laissa échapper un petit “Pyuu~”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krystal Kabuki
Ninja Kabuki
avatar

Nombre de messages : 51
Points : 59
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/01/2015

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Mer 9 Mai - 23:39

Lorsque la gérante géante posa l'assiette de charcuterie devant Krystal, elle eut des étoiles pleins les yeux. De la viande ! De la VRAI viande ! Ça faisait des semaines qu'elle n'avait pas mangé de viande. Se contentant des quelques rations qui lui restaient des ses divers voyages et  avec le peu d'argent qu'elle récoltait, elle s'en servait plus pour dégoter des infos que pour se nourrir.

Sans même attendre de savoir si il y allait y avoir des couverts, elle posa un billet pour payer la commande et prit une tranche de jambon de pays à pleine mains et la dégusta. "Au diable les bonnes manières ! Allons-y comme des sauvages" comme lui disait son sensei.

Aussitôt que la tranche de jambon toucha ses papilles, elle ne put que ressentir une explosion de saveur en bouche, elle ne l'avait plus ressenti depuis qu'elle avait quitté son village. L'un de ses pêchés mignons... Mais elle pensa aussi à Judith, son familier qu'elle pouvait invoquer à tout moment. Elle prit alors deux tranches de saucisson qu'elle enroula dans une serviette en papier prise sur le comptoir. Elle glissa ensuite la serviette dans sa sacoche qui contenait quelques outils de ninja.


* Je lui donnerai plus tard... *

Elle s’apprêta à prendre une troisième tranche pour elle cette fois-ci, mais ses doigts n'attrapèrent rien du tout. Elle vit alors une sorte de boule bleu un peu gluante sur le comptoir absorber la tranche de saucisson.S'approchant de la créature pour la regarder de plus près, elle approcha son visage jusqu'à une dizaine de centimètres de la créature.

"Qu'est-ce que tu es toi ?"

Une jeune femme brune s'approcha tout en s'excusant du comportement de ladite créature, mais cette chose amusait trop la femme ninja pour qu'elle se mette en colère. Ce n'était qu'une tranche de charcuterie après tout... Elle répondit le plus simplement du monde.

"Il n'y a pas de mal. Mais, vous avez de la chance qu'elle n'ait pas piqué une tranche de jambon sec. Parce que là, c'est moi qui serait entrain de la dévorer..."

* Je me demande quand même quel goût ça a... Ça ne doit pas être plus mauvais que du rat... *

On aura tout vu et tout entendu. Krystal, la kunoichi associale qui s'essayait à faire une blague. Mais en gardant un air aussi sérieux, on pourrait s'imaginer qu'elle pensait vraiment ce qu'elle disait. Elle fit rouler dans l'assiette une autre tranche de jambon, et pointa la créature du doigt de son autre main.

"Mais qu'est-ce que c'est ? J'ai jamais vu de créature comme ça auparavant..."

Elle mangea la tranche de jambon qu'elle avait roulé tout en continuant de pointer le slime du doigt en attendant d'obtenir une réponse à sa question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancasilvia
Prêtresse de la Chasse
avatar

Nombre de messages : 87
Localisation : Dans une plaine, priant pour la Chasse.
Points : 102
Réputation : 5
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Jeu 17 Mai - 20:55

musique:
 


Lorsque la brunette lui ouvrit ses pensées, ou plutôt devrais-je dire, ses sentiments, la dame l'écouta attentivement et patiemment. Il était évident, bien que celui puisse paraître quelque peu étrange, qu'elle portait du crédit à tout ce qu'elle racontait. Mais à bien y regarder, après tout, elle était comme ça avec chaque personne à qui elle avait adressé la parole jusqu'alors. Elle acceuilli ses moults compliments en souriant avec révérence, puis sa cliente lui expliqua la situation d'un café qu'elle avait visité un peu plus tôt. Il lui parut évident alors, au son de très légers trémolos de la voix que peu auraient pu percevoir dans sa voix, que tout cela créait en elle une certaine tristesse. Une tristesse à laquelle l'elfe semblait entièrement compatir, voir même plus que comprendre.

-" Le risque, c'était l'idée de départ. Et dans le registre du risque, je n'ai en réalité aucune garantie que tout ceci ne dénénère pas à un moment ou à un autre de la soirée.

Elle jeta un vif coup d'oeil à une petite montre à gousset dorée qui pendait de sa hanche.

-Il n'est que dix-neuf heures. Les gens sont encore loin d'être tous arrivés, et ils n'ont pour l'instant que très peu bu. Le concert ne commençant que dans deux bonnes heures, il reste pleinement le temps de s'enfiler bien des verres et de fumer avant d'y aller."

Dit comme ça, le pragmatisme de ce constat était inquiétant. Mais le fait est que la patronne dégageait une telle nonchalence, une telle tranquillité et surtout, une telle confiance que cette intuition était en réalité totalement tordue en une autre. Sans même trop savoir pourquoi, il sembla que rien de fondamentalement grave n'arriverait ce soir. L'elfe, en tout cas, en était convaincue.

-"Peut-être que cela dégénérera. Ou peut-être pas. j'aimerais que cet endroit soit comme une chance pour les gens de ce quartier. Je pense que tous ces gens, qui ont eu le courage de sortir de chez eux pour passer une soirée comme une autre, en ont pleinement conscience. On n'a pas tous les jours une occasion comme celle-ci. Ce lieu leur appartient.  Alors, libre à eux de décider s'ils vont profiter de tout ceci, ou tout détruire. Il est grand temps de responsabiliser les gens... Et de leur faire confiance."

Elle esquissa un doux sourire avant de relever la tête, observant longuement avec une certaine satisfaction presque maternelle la clientèle de son échoppe. La musique tonnait fort, les gens discutaient de façon animée, échangeant pensées, rires et histoires. Tous semblaient redécouvrir avec une certaine candeur le fait de pouvoir s'exprimer tranquillement dans un lieu public, sans crainte d'être écoutés, jugés ou pire encore. La salle débordait de vie, et cela faisait, réellement, très chaud au cœur.

La femme lui dit alors que si jamais elle avait un soucis, elle n'avait qu'à l'appeler. Cette proposition la surprit. Était-elle une policière ? Ou bien quelqu'un plus en demi-teinte, offrant son aide pour mieux minauder ...? Elle n'eut pas vraiment d'aller bien loin dans cette réflexion qui n'était de toute façon, pas bien primordiale, car soudain, une espèce de petite boule de glue bleue apparut dans sa main. Elle cligna des yeux, les sourcils foncièrement haussés en découvrant stupéfaite la petite créature enjouée et bondissante qui glapissait de joie. Avant qu'elle puisse réellement réussir à définir ce que c'était, la petite boule s'écrasa sur le comptoir et fila comme une furie entre les verres des clients, stupéfaits, avant de se jeter sur une tranche de saucisson droit dans l'assiette de la ninja qu'elle venait de servir. Elle cligna des yeux. Et si la dame réagissait mal ? Elle n'avait pas pensé à une clause pour régler les litiges si jamais l'animal d'un client se vautrait dans la commande d'un autre. Elle réfléchit rapidement à tout un éventail de possibilités, et reprit conscience quelques instants plus tard. La dame l'avait bien prit. Plus encore, elle s'était mise à socialiser, posant même la question qu'elle s'apprêtait à poser elle aussi. Il apparut qu'elle n'eut rien d'autre à rajouter, étant bien trop accaparée par la vision de la bestiole, comme bien d'autres clients par ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belnika
Invocatrice
avatar

Nombre de messages : 240
Points : 282
Réputation : 8
Date d'inscription : 09/02/2010

Feuille de personnage
Histoire (résumée):

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Ven 18 Mai - 0:18

Honteuse, Belnika s’était contentée d’un regard noir à sa créature qui, comprenant qu’elle avait dépassé les bornes, sauta timidement dans sa main, ne prenant même pas la peine de s’exprimer. Heureusement pour elles deux, il semblait que la jeune femme volée n’était pas rancunière.

Vous êtes certaine ? Cela ne me pose pas de souci de vous repayer une assiette de charcuterie en signe d’excuse…

La patronne les avait également observées pendant la scène… Et dire qu’elle venait de lui assurer qu’elle l’aiderait si jamais la soirée tournait mal ou qu’elle avait besoin d’aide à l’avenir... Bonjour la crédibilité ! Même si elle ne sentait pas qu’elle dégageait pas le même sentiment de confiance que les autres Hunters, cette fois-ci, la situation semblait encore bien pire qu’à l’habitude. Elle ne put s’empêcher de soupirer à cette simple idée. Ce n’était pas encore aujourd’hui qu’elle pourrait aider cette ville qui l’avait accueillie !

" Mais qu'est-ce que c'est ? J'ai jamais vu de créature comme ça auparavant… "

Un slime !

Elle avait répondu au tac-o-tac, comme si sa réponse était l’évidence même. Après tout, elle avait l’habitude de vivre au quotidien avec ces étranges créatures depuis tant d’année qu’elles faisaient entièrement partie de sa vie à présent. Face au regard interrogatif de son interlocutrice, elle présenta la sphère qui se remit à sautiller joyeusement en expliquant :

Ces sont des petites créatures inoffensives la plupart du temps… Elles peuvent prendre un peu toutes les formes qu’elles veulent, ce qui les rend tout simplement adorables, vous ne trouvez pas ?

Et voilà la générale qui, au lieu de gronder sa bestiole se mit à la fixer avec de grands yeux d’enfant fascinée. La créature, elle, sautillait tout en changeant fréquemment de forme pour son simple amusement personnel. Reprenant son sérieux, Belnika acheva néanmoins :

Certaines se baladent parfois en ville. Ils peuvent parfois être un peu malicieux, mais au fond, ils sont vraiment gentil et ne cherchent qu’à amuser les gens.

Dans un petit sourire, elle ajouta un petit :

Ils sont un peu comme mes animaux de compagnies ! Certains ont des chats, moi, j’ai mes slimes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancasilvia
Prêtresse de la Chasse
avatar

Nombre de messages : 87
Localisation : Dans une plaine, priant pour la Chasse.
Points : 102
Réputation : 5
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Mar 22 Mai - 16:38

La patronne se contenta d'écouter le monologue de sa cliente sans rien dire. Elle cligna des yeux quelques fois, affichant un air déconfit tandis qu'elle observait la boule bleue qui sautillait dans la main de sa propriétaire. "L'animal", si on pouvait le qualifier comme tel, ne ressemblait à aucune faune qu'elle eu l'habitude de voir jusqu'alors. Il faut dire qu'elle fréquentait, de façon générale, des animaux complètement inconnus même des naturalistes. Si bien qu'un simple chien lui avait semblé, la première fois qu'elle en vit un, très exotique. Sa réaction de l'époque avait laissé en elle un souvenir impérissable, et pas l'un des meilleurs. Heureusement pour elle, cette fois-ci, elle avait prit le temps de dégoter un livre sur la faune connue par les humains pour ne pas commettre d'autres erreurs grossières à l'avenir, lors de son précédent passage à Tomodachi. De quoi voir les bases. Elle se remercia d'ailleurs de l'avoir fait : sans cela, elle n'aurait pas saisi le lien avec un chat. Mais à bien y regarder, entre un félin poilu présent dans des millions de foyers humains et cette étrange boule bleue qu'elle n'avait jamais vue dans aucune revue scientifique, la comparaison lui parût bien hasardeuse, voire, totalement obscure.

  Lors d'une conversation, il y a toujours un temps de réponse imparti induit et limité. Si l'on répond trop vite, on n'a pas vraiment écouté. Mais si on ne répond pas ou trop tard, chaque minute dépassant le compteur renforce un peu plus le malaise de la situation. La gérante en avait bien conscience. Malgré tout, son temps de réponse socialement admis venait à expiration. Si bien qu'il devenait impossible de cacher l'air profondément dubitatif et désabusé qui marquait son visage. Quels mots choisir parmi tous ceux pas forcément des plus appropriés qui se bousculaient dans sa tête ? Elle finit par srépliquer, à demi-mot, elle-même peu convaincue de ce qu'elle avait réussi à sortir.

-" Des animaux... De compagnie. Hm. Mais... Est-ce que cette créature est organique, ou bien... Autre chose ? Et qu'en pensent les gens d'ici ? Pour moi, les humains ne sont pas bien habitués à voir ce genre de choses voleter dans la forêt, et moins encore à côté de je ne sais quel kebab au coin de leur rue. Et, pardonnez-moi, mais... Avez-vous déjà pensé à ce qui pourrait arriver, si quelqu'un doté de mauvaises intentions décidait de s'emparer de quelques unes de ces créatures ? "

Peut-être n'avait-elle pas semblé aussi aimable qu'elle aurait aimé le paraître à cet instant. Après une courte réflexion, s'en était même certain.

-*Osik.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krystal Kabuki
Ninja Kabuki
avatar

Nombre de messages : 51
Points : 59
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/01/2015

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Mar 22 Mai - 17:58

Les explications de la femme sur la créature qu'elle avait invoquée avaient encore plus perdu la kunoichi. Elle comprenait bien qu'on puisse s'attacher à un animal, après tout, elle même avait un familier qui l'accompagnait et qu'elle pouvait invoquer quand elle le voulait. Cependant, elle ne pouvait imaginer que ces boules de couleurs puissent avoir le même rôle qu'un chat ou un chien.

Tout en restant plongée dans ses pensées, Krystal continuait à manger les tranches de charcuteries. Elle avait presque fini et se sentait déjà mieux. Enfin disons plutôt qu'à la place de mourir de faim, son ventre la laissera tranquille pendant quelques heures.

L'objectif que s'était lancé la femme ninja en venant dans le bar n'avançait pas beaucoup. Elle qui voulait « apprendre » à se sociabiliser, elle n'avait au final parlé qu'à trois personnes. Le pire c'est que cet échec était quasiment total. Le barman lui avait parlé en premier, la gérante a été amenée par le barman et la troisième personne, la cliente était venue à cause de sa créature qui avait échappé à son contrôle.

Peut-être devait-elle aller d'elle même vers les autres. Elle chercha alors autour d'elle quelqu'un avec qui elle pourrait discuter. Mais après un rapide coup d’œil, elle ne vit personne qui valait la peine qu'on s'intéresse à elle. Pire encore, il y avait ici des types qui la répugnaient. Certains abusaient sur la bouteille et commençaient à avoir des comportements vraiment inappropriés. Entre le gros lourd qui draguait tout ce qui était de sexe opposé et qui bougeait, celui qui dansait alors qu'il tenait à peine debout... Non décidément, le genre humain répugnait Krystal.

Et puis de toute façon, même si elle trouvait une personne qui avait un quelconque intérêt pour discuter, de quoi pourrait-elle bien parler. ''Bonjour, je suis un assassin qui a subi un entraînement de ninja, je suis venu dans cette ville pour tuer le mec qui a détruit mon village''. Il fallait voir les choses de façon raisonnable, elle n'était pas faite pour se sociabiliser.

Prenant la dernière tranche de charcuterie, posée en plein milieu de l'assiette, elle ne remarqua pas que le gros dragueur avançait droit vers elle et Belnika.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belnika
Invocatrice
avatar

Nombre de messages : 240
Points : 282
Réputation : 8
Date d'inscription : 09/02/2010

Feuille de personnage
Histoire (résumée):

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Dim 27 Mai - 20:25

Les question de la patronne des lieux eut le mérite d’intriguer Belnika. Il était vrai que depuis les années que ses créatures vivaient à ses côtés, elle n’avait jamais cherché à savoir si ses slimes étaient ou non organiques au sens commun du terme… Enfin, ils mangeaient, donc, ils devaient avoir un estomac, de même qu’ils réussissaient à agir, qu’ils voyaient… Bref, tout indiquait qu’il était probable qu’ils possèdent des organes à priori, bien que ceux-ci devaient sans doute être dans le même état gélatineux que tout le reste…

Et bien… Je les pense organique, oui…

Néanmoins, pour leur conception par la population, là, elle n’eut pas vraiment à réfléchir davantage, enchaînement le plus naturellement possible :

Les gens vivant dans cette ville ont déjà vu tant de chose qui pourraient paraître irréelles pour n’importe qui d’autres que je doute sincèrement que des slimes les étonnent. A une vieille époque, il y avait des gens capable de voler le plus simplement du monde dans le ciel de cette ville, d’autres qui avaient des membres animaux en plus de leur corps humain, et je parle même pas des personnes prétendues mortes qui seraient revenues à la vie. Cette ville a été le théâtre de plus d’événements qu’aucune autre… Et les habitants ont appris à les accepter.

Timidement, la créature se mit à sauter jusqu’à l’épaule de la générale, s’y posant comme s’il s’agissait de la chose la plus naturelle à faire en ce monde.

Quant à les utiliser… Disons qu’ils sont suffisamment liés à moi pour ne pas pouvoir être utilisés !

Mais alors qu’elle parlait, le fameux dragueur avait atteint le petit groupe, posant une main sur l’épaule de Belnika et une sur celle de Krystal, un grand sourire affiché sur le visage.

Et bien, mes mignonnes, besoin d’un peu de compagnie ? Si vous voulez on peut s’éloigner un peu pour… Discuter.

Depuis l’autre épaule de la jeune femme, la petite créature tenta de se cacher dans les cheveux de celle-ci, effrayée alors que la générale affichait un air franchement gêné et agacé par la situation. Autant elle savait se défendre d’un danger sans le moindre souci, autant repousser les dragueurs, ce n’était pas vraiment dans ses cordes… Se contentant de lui jeter un regard noir pour lui faire comprendre que sa présence n’était pas vraiment désirée, elle put voir l’intéressé lui sourire davantage encore. Bon sang que les gens pouvaient être lourds parfois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakana
Tomodachien(ne)
avatar

Nombre de messages : 348
Age : 22
Présentation : Nakana
Points : 368
Réputation : 11
Date d'inscription : 28/12/2010

Feuille de personnage
Histoire (résumée):

MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   Jeu 31 Mai - 13:55

Dans leur petit immeuble coincé au fond d'une impasse reculée des bas quartiers, les squatteurs coulaient un début de soirée tranquille. Une vague odeur d'herbe flottait dans la chambre de Rose – la plus spacieuse – au rez-de-chaussée, où une partie d'entre eux s'était réunie. Chacun vaquait à ses occupations sur fond de rock underground, ponctué par les bruitages du jeu vidéo qui accaparait l'attention de deux des résidents : révisions urgentes de fin de semestre, papiers administratifs, bricolage… Quelques mots s'échangeaient de temps en temps, mais outre les cris du personnage qui sautait de toit en toit sur l'écran de télévision abîmé et les couinements de ses victimes, aucune voix ne troublait le calme qui régnait.
Yasmine débarqua tout à coup, l'air enthousiaste et un prospectus qui semblait bien vieilli à la main.


« Eh les gars, y a une super soirée d'organisée à dix minutes d'ici ! Qui m'accompagne ? »

Silence radio.

« Les gars ?… »

Seul le bruit d'un égorgement virtuel lui répondit.

« Mais allez quoi ! Ian ?! »

« Désolé, je bosse tout à l'heure et j'dois aller déposer ça à la mairie demain matin, c'est le calvaire ! »

« Rose ?! »

« Pareil, 'scuse mais j'veux pas re-retaper mon année. »

« Mais lâchez-moi ces cours un peu, roooh… Alex, dis oui ! »

« Si c'est encore un truc organisé par ces gros enculés de bourges du centre-ville, non merci, ils peuvent bien aller se faire foutre. »

« Mais… Ok… Momo ? Hana ? »

Les deux joueurs se manifestèrent par un vague grognement qui ressemblait plus ou moins à un refus.

« … Maya, s'il te plaît… »

« Eh non, je vois mon chéri tout à l'heure ! »

« Et alors, ton mec peut bien venir avec nous non ? Non ?… Mais merde vous êtes pas drôles quoi, c'est à cause de gens comme vous qu'on peut jamais avoir des trucs sympas par ici !… Luka, toi qui es toujours partant pour ce genre de choses !!! »

« Euh… pour quel genre de choses ? »

Le jeune homme venait seulement, à l'appel de son nom, de sortir la tête de son livre. Son air de mec qui débarquait exaspéra Yasmine qui tâcha pourtant de répéter, de la manière la plus posée dont elle était capable, en agitant le prospectus sous les yeux du pirate :

« Pour m'accompagner à cette putain de soirée organisée pour une fois à deux pas d'ici ! »

Luka n'avait pas jeté un coup d’œil au flyer qu'il répondit, sur un ton si calme qu'il contrastait avec la nervosité de son amie :

« … D'accord, je viens. »

« Waouuuuh Luka, mais t'es vraiment un bon toi !, s'écria la jeune femme, qui avait retrouvé le sourire. Je savais que je pouvais compter sur toi ! Allez, lâche-moi ce joint et… »

« Tu veux pas demander à Naka aussi ? »

« Pff tu parles, elle voudra jamais ! »

Luka, qui s'était levé, passa la tête par l'entrebâillement de la porte et hurla dans la cage d'escalier, assez fort pour atteindre la contrebandière qui, elle, avait préféré rester seule pour raccommoder ses jeans :

« Naka !!! Yasmine et moi on sort boire un verre, tu veux venir ? »

Il n'eut d'abord pas de réponse.

« Tu vois… »

Et puis, quelques secondes plus tard, ils entendirent de légers bruits de pas descendre les marches.

« Imprévisible, te dis-je », dit Luka dans un clin d’œil satisfait.

Ils se mirent en route aussitôt que la pirate arriva. Les ruelles tortueuses, dépourvues de lampadaires, n'étaient pas encore tout à fait plongées dans l'obscurité ; et puis, ce soir-là, la lune promettait d'être belle. Yasmine et Luka discutaient joyeusement, et riaient fort, parfois rejoints par Nakana. C'était encore une autre façon d'être dans les bas quartiers : plutôt que d'éviter le danger humain, l'éloigner ; plutôt que de rester discret, s'imposer. De toute manière, ils commençaient à bien connaître ces faubourgs. A chaque coin de rue, ils pouvaient avoir quelqu'un à affronter comme quelqu'un à saluer. Ils étaient chez eux.


« C'est juste là !, annonça Yasmine alors qu'ils s'apprêtaient à tourner au coin d'une rue. Oh merde… Attendez attendez ! Y a un videur ! »

Elle repoussa légèrement les pirates afin d'être sûre qu'aucun d'eux trois n'étaient visibles depuis la boutique où se tenait l'événement, sortit un déodorant de son sac et en aspergea sans prévenir Luka, qui toussa de surprise en se recevant le produit en pleine figure.

« Eh mais t'es sérieuse là ? C'est bon j'ai pas une tête de camé non plus ! »

« Non mais l'odeur ça commence à ressembler. »

« En plus c'est un parfum de meuf ! »

Il jeta un regard blasé à Nakana que cela avait l'air de faire beaucoup rire, et en voyant cela, il soupira en souriant à son tour. Ah, ces filles… Maintenant qu'ils étaient absolument sûrs de pouvoir se présenter sans éveiller de soupçons, ils se dirigèrent vers la boutique.

« Tiens, mais c'est chez cet antiquaire ?! Pourquoi tu l'as pas dit plus tôt ? Trop bien !!! J'ai jamais osé entrer ! »

Ils réussirent à se faufiler sans problème à l'entrée. Une fois à l'intérieur, ils purent effectivement constater que la soirée organisée en ces lieux n'avait rien à voir avec ce que l'on trouvait normalement par ici. L'endroit avait la classe, c'était le moins qu'on puisse dire. Il y avait bien quelques gueux par ci par là, d'autres personnes aux yeux cernés parmi lesquelles les squatteurs reconnurent clairement les dealers qui faisaient leurs affaires quotidiennes au coin de leur impasse ; mais aussi beaucoup de ces jeunes qui habitaient les zones pauvres et n'avaient pas l'habitude de sortir, faute de moyens ; et même des Tomodachiens qui, visiblement, avaient plus à voir avec les quartiers huppés de la ville qu'avec les coupe-gorge. Quel étrange mélange…

« Bon, vous venez ? On va voir ce qu'ils ont à boire ! »

Yasmine alla vers le bar, auquel elle s'accouda, laissant son regard défiler sur les bouteilles. Bon sang, c'était quoi ces alcools ? Ça ne lui disait rien du tout…

« Bonsoir ! Je, euh… je vais prendre une pinte pour l'instant ! Vous voulez quoi les copains ?… Les copains ?… »

Elle chercha des yeux ses amis : Luka s'attardait à observer chaque curiosité une à une, tandis que Nakana… mais où diable était-elle passée ?!

« Luka ! Eh oh Luka ! Bouge-toi, je commande à boire ! », appela-t-elle à travers la boutique, malgré le brouhaha ambiant et la musique qui couvraient sa voix.

« OH PUTAIN UNE ROUE DE GOUVERNAIL ! Naka viens voir ça !!!! »

Pour le coup, tous les yeux s'étaient tournés vers le jeune homme qui avait crié son enthousiasme beaucoup, beaucoup trop fort – et qui ne s'en rendit même pas compte. La pauvre Yasmine, gênée d'être assimilée à cet énergumène et à sa fascination trop bruyante pour une vieillerie nautique, se détourna un instant de la salle, la main plaquée sur son visage exaspéré.
La contrebandière réapparut – elle devait être à la recherche d'une table discrète, invisible depuis le bar – pour répondre à l'appel de son ami, avec lequel elle commença à examiner le gouvernail sous toutes les coutures.


« Dites-moi pas qu'elle s'y met aussi… »

« Mate-moi cette merveille... Elle est immense !… Elle a dû appartenir à un bateau gigantesque... Il t'aurait fallu un tabouret pour être à la barre ! »

Nakana, qui avait pris en main l'une des poignées de la roue pour tester la prise, ne releva même pas la blague.
Voyant que ses deux compagnons de boisson – qu'est-ce qui lui avait pris d'emmener ces deux-là, déjà ? – ne la calculaient même plus et s'étaient lancés dans une discussion passionnée autour de cette maudite roue, Yasmine s'adressa de nouveau à la barmaid, un sourire on ne peut plus forcé aux lèvres :


« Excusez-moi, je reviens tout de suite, je vais les chercher………. »

« N'empêche, faudra demander aux proprios s'ils savent ça vient de quel bateau, et comment elle s'est retrouv… »

« Et je vais pas vous attendre jusqu'à demain matin !!!!!!, les engueula Yasmine en saisissant brutalement chacun d'eux par le bras, les traînant aussitôt jusqu'au bar. Bon, vous prenez quoi ?! »

« Une pinte pour moi. »

Luka aurait voulu prendre autre chose, mais il était tout aussi confus que Yasmine face à cette profusion de couleurs et de noms bizarres.

« Euh… ben… une pinte aussi. »

« Tout ça pour ça…, soupira Yasmine, complètement blasée. Trois pintes donc, s'il vous plaît. »

Pendant qu'ils attendaient leurs verres, Nakana laissa promener son regard le long du comptoir : à côté d'eux, il y avait deux filles, et…

« Tiens, salut Tom !, lança non sans une pointe de sarcasme Luka, qui, lui aussi, avait reconnu le garçon. Tu fais connaissance ? »

Le dénommé Tom, ami d'un des squatteurs, à qui la contrebandière avait failli casser une jambe en le repoussant dans les escaliers irréguliers de l'immeuble, tourna la tête vers eux, visiblement mécontent d'être dérangé dans son entreprise de séduction – et d'autant plus si c'était pour se retrouver face à une nana qui lui avaient fait tâter de leurs coups, et à cause de laquelle Rose avait décrété qu'il n'avait plus le droit d'accéder au squat.

« Quelle immense surprise de te voir ici, ironisa à son tour Yasmine. Allez dégage, laisse les gens profiter en paix. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du son et de la poussière   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du son et de la poussière
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poussière d'Etoiles A finir [MANQUE KIT]
» Fragile poussière d'espoir. [Pv Sai & Elena]
» Poussière de Lune (le retour)
» Souffler sur la poussière [PV]
» Si vous voyez quelque chose tomber en poussière, sachez que la Lumière approche.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tomodachi :: Ville de Tomodachi :: Bas Quartiers-
Sauter vers: